Journal du voyage

page 2

 

Cahuita

vendredi 11 Juillet, jour 3
Aujourd’hui, direction LES CARAÏBES ! Nous quittons l’hôtel LA TRINIDAD à pied. La patronne nous aura gonflé avec ses histoires de chiens. Qu'ils sont lourds ces sacs à dos ! Change de nos euros à la banque : nous ne sommes pas sûrs de trouver des Banco National là où nous allons (merci pour la commission (10%)!). Un taxi nous amène à Terminal CARIBE à SAN JOSE pour 4000 colones. 3h à attendre… Nous en profitons pour visiter la ville. Peu à voir. La ville n’a pas grand style. Plus animée mais plus zone qu’ALAJUELA.
Bus pour CAHUITA : 2 100 colones par personne. Escale à LIMON, à 50 km de la destination. Immenses champs de bananiers à perte de vue. La fleur et le régime de bananes sont enfermés dans un sac en plastique bleu pour mûrir plus vite.
Arrivée à CAHUITA par un bout de piste. Nous nous sentons au bout du monde. Nous choisissons un cabina au bord de la mer, tenu par des blacks cools : 15 $ la chambre pour 3 avec salle de bain et ventilo.
Beaucoup de blacks rastas. Rythme nonchalant. Nous dégustons un cocktail. Même Renaud prend un bloody mary, pas trop alcoolisé (ça fait sourire le jeune serveur qui a sensiblement son âge); 1 000 colones le cocktail.
Après un repas simple, nous nous couchons tôt, bercés par le bruit des vagues.

samedi 12 Juillet

Petit déjeuner chez ROBERTO. Pour 3 800 colones, jus de fruits naturels, café et toasts avec œufs et jambon. Nous partons ensuite dans le Parc qui longe la mer. Le prix de l’entrée du parc est laissée à notre appréciation. Forêt luxuriante où nous rencontrons crabes et singes capucins. Pas farouche, l’un d’entre eux se laisse photographier. La mer est douce, chaude et nous jouons dans les immenses rouleaux. De vrais murs parfois. Il manque un peu de soleil pour voir le bleu turquoise de la mer. Mais avec toutes ses nuances de gris, c’est pas mal non plus. Nous faisons la ballade jusqu’à PUERTO VARGA, en nous baignant, pique-niquant. Retour par bus, à 15h. Nous allons siroter une bière en croquant quelques beignets de yucca. Nous traînons ensuite à l’hôtel jusqu’à l’heure du repas. Les restaus ont des cartes alléchantes mais c'est souvent "no hay"… Le poisson et le poulet sont bons. Nous terminons la soirée dans un bar à cocktail. Jean-Mi découvre la "cucaracha", un mélange de tequila, orange et liqueur de café. Il faut faire flamber l’alcool tout en le buvant à la paille, un verre d’eau à proximité (pour éteindre la paille en flamme)…