Journal du voyage

page 3

 

Puerto Viejo

dimanche 13 Juillet, jour 5
Nous quittons CAHUITA par le bus de 9h. Bus bondé. Arrivée à PUERTO VIEJO, petite station balnéaire. Nous trouvons une chambre sympa pour 30 $, à Cabinas GUARANA, tenu par un sicilien. En attendant que la chambre soit disponible, nous allons à la plage. Belle plage de sable noir. Il fait beau et nous…rougissons. Nous traînons dans PUERTO VIEJO à peine plus grand que CAHUITA mais plus "civilisé": nombreux bars, restaus, poste, églises, commerces tenus par des européens. Café glacé au bar MARLEY. Repas à la PIZZERIA RUSTICONE. Le pizzaiolo, un sicilien, a un joli coup de main pour travailler la pâte. Ballade chez les artisans locaux. Renaud s’achète une casquette rasta.

lundi 14 Juillet, jour 6
Nous décidons de ménager nos coups de soleil. Location de bicyclettes à Cabinas CASA VERDE pour 1000 colones le vélo la journée entière. Départ pour MANZANILLO, à 11 kms de là. Jolie route au milieu de l’exubérance tropicale. Ibicus en fleurs, cocotiers, bananiers. Tout est à vendre : 10, 15 $ le m² de terrain. Tout le long du chemin, des cabinas et des lodges plus ou moins sélects. Arrêt à la plage. Terminus à MANZANILLO. Ambiance cool. Arroz dans un soda où la proprio a une nombreuse marmaille. Nous avançons dans la réserve naturelle. Jungle exubérante. Décor de rêve. Il ne manque que les pirates…Nous rentrons tranquillement à PUERTO VIEJO. Rafraîchissements et pancake nutella-banane au bar MARLEY. Ils nous offrent 2 boissons gratuites pour s’excuser de nous avoir fait attendre. Ici les commerçants ne sont pas accros.<

mardi 15 Juillet, jour 7
Aujourd’hui, leçon de surf pour Renaud (25 $, les 3 heures d’initiation). RV à 9h mais la leçon ne débute pas avant 9h 30. Il faut attendre les 2 autres débutants, des américaines. C’est un black aux longs rastas qui les initie à la plage noire. Pas trop de vagues mais Renaud a du mal à pouvoir rester debout sur la planche. Le black nous laisse la planche pour nous entraîner tant que l’office du tourisme est fermé. Repas de poulet rôti avec riz blanc et haricots rouges en purée. Cet après-midi, le temps est nuageux et pluvieux. Nous prenons un taxi pour nous rendre à la ferme aux iguanes. Des iguanes de toutes tailles, du vert le plus fluo au gris terre. 600 colones l’entrée par personne. Nous terminons dans un bar au bord de la mer où le serveur est l’homme à tout faire de la maison (serveur, planteur de cocotier, débroussailleur), toujours très avenant. Repas à PIZZERIA RUSTICONE.

Excursion au Panama

mercredi 16 Juillet, jour 8
Départ pour BOCAS DEL TORO, au PANAMA. L’italien de l’hôtel GUARANA nous a conseillé un hôtel sympa sur une petite île: le Pelicano sur l'île Bastimentos. Or ce matin, alors que nous le payons, il nous propose de faire la route avec le patron du Pelicano (Giuseppe) qui justement est là! Départ 9h30. Giuseppe nous amène jusqu’à SIXAOLA, ville frontalière, par une piste et nous laisse entre les mains d’un jeune panaméen (un ami!) qui nous aide à porter les sacs et trouve un taxi. L’arnaque commence. L'"ami" annonce 20$ pour le taxi (le prix normal c'est 2$) et veut en plus un pourboire pour le service rendu! Après une discussion tendue, l'"ami" se contente de partager avec le chauffeur qui nous amène jusqu’à CHANGUINOLA, à l'embarcadère pour les îles Bocas. En nous quittant il nous demande quand on revient car il nous ramènera à la frontière : compte là-dessus mec!
Nous prenons un bateau à moteur (5 $ par personne) pour aller sur l’île de COLON. Chouette croisière à travers des marécages et l’estuaire. A tout moment, nous espérons apercevoir sur la rive un crocodile… De COLON, nouveau bateau (2 $) pour aller sur l’île Bastimentos (Koh-Lanta de TF1 a été tourné sur un îlot tout proche).
Et la déconvenue continue. Il pleut, il fait gris. Le village est sale et les habitants sont indifférents, fermés, voire même hostiles. Nous ne nous sentons pas les bienvenus. Quant à l'hôtel PELICANO c'est carrément nul : la chambre est une cabane en planches disjointes, traversée par les cafards, lézards et autres bestioles non identifiées; le lit est une paillasse défoncée, les toilettes n'ont pas d'eau. Tout çà pour 8$ par personne! Le restau de l'hôtel est pas mal, posé sur une avancée dans la mer sur pilotis, mais les prix sont prohibitifs. Nous décidons d’arrêter là notre aventure panaméenne et de repartir dès le lendemain matin, sans même avoir vu les plages (celle la plus proche de l'hotel est un dépotoir).

San José

jeudi 17 Juillet, jour 9
Nous quittons l’île, sitôt avalé notre café. Heureusement tout s’enchaîne super bien. Départ de BASTIMENTOS en bateau-taxi à 7h. Arrivés à COLON, départ immédiat en bateau pour CHANGUINOLA. Départ à 10 h de CHANGUINOLA (à la gare on croise le chauffeur de taxi de la veille qui s'étonne, on l'envoie balader) pour SAN JOSE par bus (9$ par personne pour 7h de trajet). C’est un bus pour les locaux. Beaucoup de matrones, énormes mamas aux traits épais, aux seins lourds. Nous nous arrêtons souvent, notamment à la frontière panaméenne. Nous oublions de faire tamponner notre passeport à la sortie du territoire panaméen, la police costaricienne nous engueule mais çà passe. Une panaméenne se fait fouiller longuement par la police (1heure)…Voyage fatiguant mais nous arrivons enfin à SAN JOSE. Nous nous installons à l’hôtel CARRIBEAN (10$ la nuit par personne). Patron sympa, il nous offre un excellent café. Renaud retrouve avec plaisir la télé par câble. Nous nous balladons dans de nouveaux quartiers de SAN JOSE. Tout le monde déambule dans les rues entre 17h et 20h. C’est animé et nous semble plus sympathique que la première fois. A la galerie NAMU, en face de l’Alliance française, nous trouvons de magnifiques masques d’indiens borucas en balsa peint (plus de 100 $ l’un). Repas dans l’Avenue centrale au restaurant MARISCAR. Poulpe à l’ail arrosé d’un verre de vin chilien pour nous, crevettes au beurre pour Renaud. Très bon même si la note est plus salée que d’habitude (15 000 colones pour les 3).