Tuyaux et informations pratiques sur le Costa Rica


Les renseignements qui suivent (notamment les prix) ne sont vérifiés que pour la saison verte 2003.


Visa touristique

Les européens et canadiens n'ont pas besoin de visa pour séjourner au Costa Rica jusqu'à 90 jours. Seul un passeport valide pour la durée du séjour est exigé.

Téléphone

A partir de mars 2008 la numérotation est à 8 chiffres. Il faut ajouter au début "2" aux numéros fixes à 7 chiffres et "8" aux portables.

Saisons

Haute saison : décembre-avril. Les Ticos (ce sont les costariciens) l'appellent été; c'est la saison sèche, plus chaude. C'est aussi l'époque du boom touristique avec ce que cela implique (prix élevés, hordes d'américains...).
Basse saison : mai-novembre. Appelée là-bas hiver, c'est la saison humide (surtout septembre-octobre). On l'appelle aussi saison verte. Les prix sont divisés par 2, il y a beaucoup moins de monde et parfois personne en certains endroits.
Temps et températures dépendent cependant de l'altitude et de la situation géographique : plus chaud sur les côtes (au moins 35° sur la côte caraïbe) , plus frais dans la région de San José (20-25° toute l'année), devenant froid en altitude.

Météo locale (prévisions)

Météo San José

 

HEURE DE SAN JOSE

Itinéraire

La principale richesse du Costa Rica c'est sa nature. Il y a plusieurs régions différentes, toutes intéressantes. Personnellement nous avons parcouru la côte caraïbe, le Guanacaste, la péninsule de Nicoya, la côte pacifique ouest, la sierra centrale. D'autres régions méritent la visite: Parc Tortuguero au nord-est, péninsule d'Osa et sierra sud. Un séjour de 15 jours est un peu juste, 3 ou 4 semaines c'est mieux.

Nourriture

La gastronomie costaricaine est assez limitée. Le matin c'est le gallo pinto qui monopolise les assiettes : riz frit et haricots noirs agrémenté soit de petits bouts de porc, boeuf, poulet, crevettes, oeufs. A midi et le soir c'est le casado, c'est à dire du gallo pinto avec en plus de la salade (tomates, chou, concombre, carottes) des beignets de yucca, banane plantain, un filet de poisson ou de viande. On mange aussi des empanadas, tacos, tortillas de maïs, ceviche (poisson cru mariné)...
Le mieux pour manger local c'est de se rendre dans un 'soda' (il y en a partout); c'est évidemment hyper bon marché.
On peut bien sûr manger tout autre chose (poisson entier, poulet, filet mignon) mais là on s'écarte de la tradition.
Il y a enfin de nombreux restaurants de cuisine exotique en général tenus par des expatriés (français, italiens, espagnols, allemands, chinois..).
Pour boire le choix est vaste: bières Imperial, Bavaria,Pilsen, jus de fruits frais (banane, ananas, mangue, papaye, tamarindo...), milks shakes, horchata. A noter que l'eau minérale est très chère (le prix de la bière); mieux vaut consommer une pipa: noix de coco verte très rafraichissante servie avec une paille.
Le café (préciser café solo pour ne pas avoir de lait) n'est en général pas terrible, le meilleur étant exporté.

Logements

A la saison verte les prix sont divisés par 2. Si on paie comptant (con effectivo) on bénéficie facilement de 20% de réduction. Ne pas hésiter à marchander, même dans les plus chers.
Beaucoup d'hôtels partout et pour toutes les bourses. A partir de 5$ par personne, 20$ la chambre de 3 lits. Il y a beaucoup plus cher bien sûr (>100$). Les moins chers se nomment "cabinas". En fait prix et qualité sont très variables: on peut trouver un taudis à 10$/p la chambre et un petit coin de paradis à 8$/p. Cependant un prix de 10$ par personne assure en général un confort correct (salle de bain-toilettes privées, ventilateur ou climatisation).

Nos meilleurs hébergements (recommandés):

bungalows Tamarindo
hotel San José
hotel Fortuna

Mention particulière pour celui-ci qui offre les prestations d'un hôtel 3 fois plus cher (bungalow, piscine, pelouse, hamac, gde salle de bain, cuisine et machine à laver communes) et la gentillesse des patrons (10$/p)
(maintenant il y a la wifi gratos en plus!)
hotel Puerto Viejo
guesthouse Alajuela

Monnaie

La monnaie est le colon (). Son taux de change bouge sans arrêt notamment à cause de l'inflation (environ 10% en 2002-2003) mais aussi des fluctuations du dollar et de l'euro.

En juillet 2003, date de notre voyage, la conversion était environ 440=1€=1$.

Il est fortement conseillé d'emporter des dollars et non des euros pour le change: seule la "Banco Nacional" (il n'y en a que dans les grandes villes) veut bien des euros mais prend 10% de commission. Par contre le dollar est accepté partout même par les particuliers. Le paiement par carte de crédit et le retrait sont possibles dans de nombreux endroits.

combien de colones pour 1€ depuis un an combien de colones pour 1$ depuis un an

Attention: depuis 2010 de nouveaux billets sont mis en circulation, à voir ici

     anciens billets:

colon costaricien colon costaricien colon du costarica colon

     pièces:

La monnaie à partir de 100 colones n'existe plus qu'en pièces. Il n'y a plus de centimes. Il existe aussi des pièces de 50 et 25 colones non vues ici.

Médias

La télé est d'inspiration américaine : publicités, informations axées sur les faits divers, publicités, jeux, publicités, publicités. Le meilleur journal d'information est 'La Nacion'. Internet est partout présent dans les nombreux cybercafés, dans les hotels.

Santé

Danger numéro 1 : la dengue. Cet été il y avait une forte recrudescence de cas (côte caraïbe, pacifique, péninsule de Nicoya).
C'est un moustique qui la propage, pas de traitement, donc ne pas mégoter sur les produits répulsifs (Insect Ecran). Souvent les hotels sont équipés de moustiquaires, souvents trouées (penser à emmener un kit de réparation).
La nourriture et l'eau, malgré ce que disent les guides touristiques, semblent saines dans les zones urbaines. Personnellement nous n'avons eu aucun problème à manger salade, ceviche, glaces. S'en méfier quand même.
Il est conseillé d'emporter une trousse de pharmacie avec désinfectant pour les plaies (sous les tropiques on cicatrise mal), pansements, anti-diarrhéique.

Sécurité

Le Costa Rica est le pays le plus sûr d'Amérique Latine, mais cela semble se dégrader. Les journaux (et la télé) signalent tous les jours des meurtres dans les grandes villes (surtout Limon). Les délinquants sont de plus en plus jeunes et tirent au revolver sans sommation. Gros problème de drogue et misère sont liés à cela.
Pour les touristes c'est l'arrachage de sac qui est le plus risqué. J'ai moi-même subi la classique attaque au ketchup: dans une gare routière, un quidam vous asperge le dos avec du ketchup (ou mayonnaise, eau...) et vous signale que vous avez une tâche dans le dos; l'arrachage se produit quand on se retourne. Pour mon compte l'attaque a raté, je n'ai pas lâché mon sac.
La police n'est pas super-motivée, donc ne pas croire que l'on ne risque rien si on voit un flic dans les parages.
A noter l'apparition de braquages à main armée de touristes ayant loué une voiture à l'aéroport de San José: mieux vaut rejoindre la ville au plus vite en bus urbain, et louer ensuite une voiture si on veut en ville.
Pour de plus amples conseils de sécurité (mais ne pas se laisser non plus aller à la parano): conseils de sécurité du ministère des affaires etrangères

Parcs et animaux

De nombreux parcs et réserves naturelles. Ils sont chers (de 5$ à 15$ l'entrée). Certains ne sont pas à voir absolument si on a déjà vu d'autres parcs. Les animaux! Le Costa Rica regorge de toutes sortes d'animaux fantastiques. Vieux phantasme de se trouver nez à nez avec un toucan, un quetzal ou un jaguar. Certes il y en a. Certes certains en ont vus. Pour notre part nous n'avons pas vu grand chose, en tout cas pas ces trois là. Peut-être est-ce plus facile en haute saison ? C'est le cas en tout cas pour les tortues-luth qui pondent au printemps. En basse saison on peut cependant voir des tortues vertes dans le parc Tortuguero (visite guidée obligatoire). Cependant singes et iguanes se trouvent à volonté.
Il y a de nombreux "canopy tour, sky trek, rain forest adventure' un peu partout : ponts suspendus, glissades sur cables, téléphériques, mais c'est très cher (15$-60$); à choisir avec soin.

Pura Vida !

C'est l'expression favorite des Ticos. Vie pure, la vraie vie, cela signifie en gros 'la vie est belle', 'çà baigne', 'tout va bien'.
Les Ticos sont en général aimables, souriants, pas stressés. Honnêtes, ils ont cependant une tendance marquée à se tromper quand ils rendent la monnaie; mais ce n'est pas toujours volontaire, ils sont très mauvais en calcul mental.
Leur régime politique n'a rien à nous envier; c'est une vraie démocratie avec de vrais droits sociaux (chômage, sécu, retraite). Les élus ne sont pas rééligibles et il n'y a pas d'armée !

Voici d'autres expressions du langage populaire:

buena nota: super, excellent
tuanis: "trop bon"
chunche: un truc, un machin
harina (farine): argent
maje: mec
macho:homme blond, macha: femme blonde